ADN du CFO !

print this page

Avant que vous ne repreniez le cours de vos activités, je ne résiste pas au plaisir de vous rappeler une des meilleures histoires vécue ces dernières années. Une histoire qui s’est passée pendant la crise. La question posée, survenue à l’occasion d’une procédure collective était de savoir si c’est le DAF ou son adjoint qui avait produit la prévision de trésorerie. Pourquoi ?
Le trou à combler (le passif) s’élevait à plusieurs millions d’Euros. Le dirigeant prétendait ne pas avoir été informé par son DAF de la situation réelle de la trésorerie. Le directeur financier se défendait comme il pouvait en expliquant que des prévisions de trésorerie avaient été fournies. Il en avait même élaboré des tas, disait-il. Chacun se rejetait la faute. Le dirigeant avait eu alors cette phrase terrible : « Les tableaux de trésorerie ont été produits par la comptable qui n’y connaissait rien. Le DAF n’y a même pas touché ! Je vous mets au défi, Monsieur le Juge, de trouver ses empreintes dessus ! ».

Nous, les DAF, nous savons maintenant ce qu’il nous reste à faire. Mettre nos empreintes partout. No gloves ! Dès qu’un tableau de chiffres, un document important sort de la comptabilité ou du contrôle de gestion …Vite ! Vite ! Un peu de salive dessus…Vite, il faut le toucher dessus, dessous…

J’aime bien cette idée du directeur financier qui laisse son empreinte partout. J’aime bien aussi l’idée que la prévision de trésorerie reste, quoi qu’il arrive, la « chasse gardée » du DAF. Non déléguable !

Et puis pendant que nous y sommes, allons-y franchement! Poussons un peu plus loin la prospective. Depuis des années les risques se sont déplacés. Le rôle des DAF a évolué. Pour la plupart des directeurs financiers il ne s’agit plus seulement de sortir les comptes et de les analyser… Le rôle du DAF consiste maintenant autant à élaborer des prévisions d’exploitation et des prévisions de trésorerie qui en découlent que de préparer les situations comptables et d’en être le garant. Nous avons des indiens pour cela dans les CSP n’est-t-il pas ? Alors pourquoi ne pas mettre aussi en place des radars pour CFO ?

Des radars pédagogiques pour aider les CFO à calmer l’euphorie des dirigeants dans l’élaboration de leurs prévisions. Et des radars classiques pour les contrevenants. Avec comme pour les coureurs cyclistes un suivi biologique à l’année. Une sorte de permis à points pour éviter, comme on le voit parfois, que ce soit le DAF lui-même qui s’emballe un peu trop avec les prévisions ou qui carrément « fume la moquette » avec les petits jeunes du Marketing ou de la Stratégie :  « Vous allez voir ce que vous allez voir ! Nous sommes partis pour multiplier par trois les chiffres en deux ans ! ».

Radars pédagogiques, permis à points, contrôle anti-dopage pour les DAF…
Encore un petit effort d’imagination …Nous y sommes presque !

 

Vous souhaitez pour suivre la lecture

flecheG Voir Prévisions de trésorerie : Pourquoi il faut en faire ?

flecheG Voir Comptabilité : Pourquoi il faut la mettre à jour ?