Banquiers – Que faire pour que mon banquier m’aime

print this page

« On ne meurt pas de ses dettes ; on meurt de ne plus pouvoir en faire. »
Oscar WILDE

Comment hésiterions-nous à confier notre argent à des banques qui mettent toujours de petites chaînes à leurs stylos à bille ?
Louise de VILMORIN

Si vous devez cent dollars à la banque, c’est votre problème. Si vous devez cent millions de dollars à la banque, c’est son problème.”
John Paul GETTY

Le banquier est quelqu’un qui vous prête son parapluie lorsque le soleil brille et vous le retire aussitôt qu’il pleut.
Mark TWAIN

Un des griefs les plus courants, parmi tant d’autres, envers les banques et les banquiers, est le suivant “Les banques ne prêtent qu’aux riches.

La banque est un fournisseur qui n’est pas exactement un fournisseur comme les autres, du fait que c’est un des acteurs économiques qui octroie et gère un produit ultra-sensible, l’argent, le “nerf de la guerre”.

L’argent n’a pas d’odeur.”
VESPASIEN

Pour un industriel, l’argent c’est de l’argent. Pour un banquier, l’argent, c’est de l’argent plus une date.”
Anonyme

L’argent ne fait pas le bonheur de celui qui me l’a prêté.”
Pierre PERRET

 

Deux questions au préalable à se poser sur ses relations bancaires avant de négocier avec son banquier

  1. Est-ce que j’aime mes banquiers, en retour m’aiment-ils ?
  2. Est-ce que je peux tout leur dire ?

Que faire pour que mon banquier m’aime ?

Les questions à se poser au préalable pour évaluer la relation avec ses banquiers sont les suivantes :

  • Nos contacts sont-ils fréquents, réguliers avec un chargé d’affaires proactif ? Sommes-nous dans une relation de partenariat ou de dépendance ?
  • Le fonctionnement de notre compte-courant est-il irréprochable ? En ce qui concerne le respect de notre découvert ? Le respect de nos échéances court et moyen terme ?
  • Donnons-nous les « bons » documents ? Dans les délais ?
  • Respectons-nous le ratio “flux de Chiffre d’Affaires / concours bancaires” ?
  • Connaissons-nous tous les frais et les tarifs ? Oserions-nous les négocier ? Sur quelle base les renégocier ? Connaissons-nous les conditions faites par la concurrence ? L’herbe est-elle plus verte ailleurs ? Disposons-nous de benchmark ? Sur quelle durée ?

Sur quelles bases établir une relation de confiance fiable et durable avec les banquiers : ni mensonge ni omission !

Rappel : étymologie de “CREDIT” = CREDERE (latin) = CONFIANCE

Toutes les banques détiennent des informations extérieures sur vous-même (centralisation à la Banque de France ; sans compter que les banques se parlent entre-elles) sur votre secteur d’activité (elles n’ont pas que vous comme client) ainsi que des informations détaillées sur le fonctionnement de vos comptes dans leurs livres. Vous traversez des difficultés de trésorerie ? Passagères ? Structurelles ? Que devez-vous dire de vos projets, des bonnes ou des mauvaises nouvelles ?

La qualité de la relation avec les banquiers (qui en savent autant que vous sur vos difficultés puisqu’ils voient passer le flux) passe par une communication préalable. Cette communication doit faire l’objet d’une préparation, d’une anticipation. Cette communication doit être assortie de la livraison des bons documents.

Il n’est pas inutile ni interdit de préparer sa communication avec les banquiers par la recherche de conseils externes ou par la consultation d’autres moyens/organismes de financement. L’important est d’être prêt.

Un client défaillant, un fournisseur impatient, une opportunité d’achat de stocks intéressants ?

Pourrons-nous adapter rapidement nos financements à court terme ?

Vous souhaitez en savoir plus ?

flecheG Voir 100 jours pour créer une culture CASH ; c’est possible !
flecheG Voir Bon BFR et Mauvais BFR

Un commentaire pour “Banquiers – Que faire pour que mon banquier m’aime”

  1. […] Lire la suite […]