Chronos et kairos

print this page

Le Chronos ou le Kairos ? Le Chronos et le Kairos !

Les turpitudes autour de la dette grecque ont failli mettre à mal tout à la fois l’Euro et la construction Européenne. N’est-ce pas le temps de nous inspirer de certains préceptes de la philosophie grecque et d’en tirer profit pour notre management au quotidien ?

Notamment de la conception que les Grecs anciens se faisaient du temps. Ils avaient deux mots pour en parler : le Chronos et le Kairos …

Le dieu grec Kairos est représenté par un jeune homme qui ne porte qu’une simple touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité il y a trois possibilités :

  1. On ne le voit pas;
  2. On le voit et on ne fait rien;
  3. Au moment où il passe on tend la main pour saisir sa touffe de cheveux et ainsi saisir l’opportunité.

Kairos a donné en latin Opportunitas (opportunité, saisir l’occasion).

Le Kairos est le temps de l’occasion opportune. Dans le langage courant, on parlerait de point de basculement décisif avec toujours cette notion d’un avant et d’un après. L’expression  » instant d’inflexion  » semble convenir : « Maintenant est le bon moment pour agir ! ». Le Kairos est une dimension du temps n’ayant rien à voir avec la notion linéaire Chronos (temps physique). Le Kairos pourrait être considéré comme une autre dimension du temps créant de la profondeur dans l’instant. Une porte sur une autre perception de l’univers, des événements, de soi et de sa relation aux autres. Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par les heures, les minutes et les secondes  mais par le ressenti.

De nombreuses théories du management, s’inspirent de ces notions. Par exemple, le « slow management (1)» qui tente de différencier le temps de la réflexion, de la prise de recul et le temps de l’action. Les deux temps sont indissociables. Les deux temps sont nécessaires. Ces théories tentent de combattre les idées reçues, souvent accentuées par l’apport de la technologie, selon lesquelles plus nous travaillons vite plus nous sommes performants. Ces théories prêchent d’ailleurs pour un renforcement du rôle du middle management dans les entreprises pour compenser le tout technologique : plus il y a de technologie, plus on a besoin de middle management pour discuter avec les équipes, expliquer le pourquoi des choses …La fameuse quête du sens !

Donc, dirigeants d’entreprises, directeurs financiers de tous pays, mes semblables, mes frères, cessez de vous inquiéter si parfois vous vous ennuyez ou si vous avez l’impression de tourner en rond…L’ennui est utile à la prise de recul …utile à la réflexion qui précède l’action.

(1) Je précise à toutes fins utiles que slow management ne consiste pas à organiser des boums à la comptabilité pour détendre l’atmosphère, améliorer l’ambiance …ou pour fêter la sortie du bilan.

 

Vous souhaitez poursuivre la lecture

flecheG Voir Bonne nouvelle à la DAF
flecheG Voir Optimisme : Et si nous choisissions l’optimisme ?