Direction Financière – Définition pragmatique de sa mission

print this page

Définition « pragmatique » de la mission du directeur financier

  • Préserver et consolider la liquidité et le patrimoine de l’entreprise (protéger ses actifs),
  • Organiser le pilotage de l’entreprise, être le garant des prévisionnels (Business Plan, forecasts, budgets) et être le garant du remboursement de la dette,
  • Préserver et organiser la responsabilité des dirigeants : compliance, contrôle interne,  risk management.

La définition « RH » raisonne en termes de tâches à effectuer. C’est souvent celle qui figure dans le contrat de travail du directeur financier. La définition « pragmatique » raisonne en termes de responsabilités. Elle est plus rarement écrite. Les deux définitions ne s’opposent pas. Elles se complètent.

Quelles sont les menaces qui pèsent sur la bonne exécution par le directeur financier de ses missions ?

Elles sont très nombreuses et trop souvent le directeur financier ne prend pas le temps de les énumérer ou de les discuter avec le management avant de prendre ses fonctions. Trop souvent il ne prend pas le temps ou n’ose pas « négocier » de l’aide avant de signer son contrat de travail. Parmi les menaces les plus fréquentes on peut citer :

  • Complexité accrue des opérations (en amont des livres comptables ou des systèmes d’information)
  • Ressources limitées en quantité et en qualité pour des questions de budgets
  • Multiplicité des projets / risque de dispersion
  • Dépendance accrue des systèmes d’information qu’il ne maîtrise pas forcément
    (la boîte noire)
  • Internationalisation
  • Volatilité des marchés et des normes
  • Dépendance de CSP
  • Management autoritaire et peu ouvert au dialogue

* Plutôt que de se poser la question de l’impact de l’organisation matricielle sur la fonction du directeur financier (il est souvent difficile voire impossible de revenir en arrière), l’apport du directeur financier doit plutôt consister en une réévaluation permanente de l’organisation par rapport aux objectifs de l’entreprise.

La bonne grille de lecture (Objectif Numéro 1) consiste pour lui et ses équipes à toujours remettre les clients de la direction financière au cœur de l’organisation pour retrouver une énergie créatrice de valeur ajoutée.

Exemple de clients internes:

  • Dirigeants
  • Actionnaires
  • Département M&A
  • Comité de Direction
  • Business Units / Filiales

Exemples de clients externes:

  • Banquiers, Factors, Assureurs crédit, …
  • CAC
  • Comité d’Audit
  • Administrations
  • Autorités Judiciaire

Entre les deux colonnes on pourrait citer le comité d’entreprise à qui régulièrement le directeur financier présente des chiffres.

* La crise économique et financière est elle porteuse d’enseignements relatifs à l’organisation de la direction financière ?

  • La crise est porteuse de rationalité : la recherche d’économies peut coïncider avec l’objectif « économique » de l’entreprise : suppression des déplacements inutiles des collaborateurs, rationalisation des flux de marchandises, le cash / le BFR sont mis au cœur de toutes les décisions opérationnelles, remise en place de chartes d’éthique, etc…
  • La crise est avant tout celle de l’appréciation des risques. La crise nous apprend que plusieurs risques peuvent se cumuler, s’additionner voire rétroagir entre eux. Aux risques financiers (limitation du crédit par les établissements financiers) viennent s’ajouter des risques opérationnels (renchérissement du crédit, moindre solvabilité ou défaillance des clients et des fournisseurs, baisse du niveau d’activité, démotivation des salariés, etc.).

* La crise force les évolutions nécessaires dans la direction financière. C’est parfois une question de survie pour l’entreprise que de concentrer la direction financière sur ses trois missions prioritaires.

  • Edicter, faire évoluer, expliquer et faire respecter les normes par chacun des services
    • Comptabilité
    • Contrôle de gestion
    • Trésorerie
    • Contrôle Interne (transversal)
  • Garantir la qualité des prévisionnels (souvent plusieurs scénarios) et alerter en cas de nécessité
  • Sécuriser les dirigeants / l’entreprise dans sa relation avec ses actionnaires / ses salariés / son environnement économique (établissements financiers et communauté financière au sens large),  institutionnel ou réglementaire (autorités de tutelle et de régulation)

* Le rôle du directeur financier est de décliner ce « focus sur l’essentiel » avec toutes les directions opérationnelles en remettant, par la pédagogie de sa fonction et des enjeux de celle-ci, la direction financière au centre du jeu.  Le directeur financier doit donc pour atteindre l’objectif ne pas hésiter à répéter inlassablement le rôle de chacun de ses équipiers :

  • Comptabilité : en charge de l’élaboration des états financiers et de leur conformité avec les normes en vigueur
  • Trésorerie / Cash management : en charge de la liquidité et de l’optimisation du BFR, du financement de l’entreprise et des ratios financiers (covenants) transmis aux actionnaires et aux banquiers
  • Contrôle de gestion : en charge de l’analyse des marges opérationnelles, du niveau des coûts fixes et de la gestion des risques…

Le directeur financier doit savoir prendre du recul et veiller en permanence à la conformité de son action avec le plan stratégique défini par la Direction Générale et les Directions métiers / business units en charge de l’atteinte des objectifs fixés par le Conseil d’Administration ou le Directoire (l’esprit prime sur la lettre).

 

Vous souhaitez en savoir plus

flecheG Voir Bonne nouvelle à la DAF
flecheG Voir Vrai travail du Directeur Financier : Vers un CFO plus festif ?