Evidence et lyrisme – Albert CAMUS à la rescousse

print this page

Evidence et Lyrisme

« Je juge donc que le sens de la vie est la plus pressante des questions. Comment y répondre ? Sur tous les problèmes essentiels, j’entends par là ceux qui risquent de faire mourir ou ceux qui décuplent la passion de vivre, il n’y a probablement que deux méthodes de pensée, celle de La Palisse et celle de Don Quichotte. C’est l’équilibre de l’évidence et du lyrisme qui peut seul nous permettre d’accéder en même temps à l’émotion et à la clarté. Dans un sujet à la fois si humble et si chargé de pathétique, la dialectique savante et classique doit donc céder la place, on le conçoit, à une attitude d’esprit plus modeste qui procède à la fois du bon sens et de la sympathie. »

 

Albert CAMUS, Le mythe de Sisyphe

Plongé le plus souvent dans des situations confuses voire conflictuelles, le rôle du management de transition est de rappeler des évidences, de sortir des chiffres, de mettre ou de remettre en place les fondamentaux de la gestion ou d’une fonction et de faire en permanence la pédagogie des faits. Parmi les évidences qu’il doit fréquemment rappeler au cours de ses missions on peut citer deux exemples:

  • On ne peut durablement décaisser plus que ce qu’on encaisse
  • Chaque Euro non dépensé est un Euro de gagné

Sortir des chiffres (ex : élaborer une prévision de trésorerie), analyser les marges (par produits et par clients) n’a rien d’extraordinaire ni de génial. C’est juste utile à l’entreprise, à ses dirigeants et à ses actionnaires. Le manager de transition n’est pas là pour briller (voir aussi Humilité) mais pour faire.

 

Cela suffit-il à faire adhérer autour de lui ?

Souvent non. En plus de faire cette pédagogie incessante de la performance opérationnelle ou des grands équilibres du bilan, le manager de transition a vocation à faire adhérer ses équipes autour de lui qu’il agisse en mode hiérarchique ou en mode transversal. Comment y parvenir ?

Deux exemples :

  • Donner des perspectives (si l’on peut)
  • Valoriser les petits succès du quotidien sur le terrain (une facture encaissée, une prise de commande, une économie réalisée, etc.) par des encouragements, des félicitations, des remerciements

Donc de la clarté (beaucoup) et de l’émotion (aussi quand même) !

Les managers de transition sont donc des managers

  • Entraînés, entraînants et entraîneurs,
  • Passionnés, passionnants et passionneurs !

 

Vous souhaitez poursuivre la lecture

flecheG Voir Qualité : Quelle définition pour le manager de transition ?
flecheG Voir Hommes d’exception les managers de transition ?
flecheG Voir Optimisme : Et si nous choisissions l’optimisme ?
flecheG Voir Investir sur l’Homme