Les managers de transition : Oui d’accord !

print this page

« Et s’ils prennent ma place ? »

    J’entends à longueur de journée sur les ondes de la radio BFM, la célèbre radio de l’économie, cette publicité d’un grand cabinet de management de transition de la place qui fait la pédagogie de son métier …

    Oui c’est exact qu’un des freins pour démarrer une mission de management de transition c’est le risque perçu par la Direction ou les équipes internes de l’entreprise que le manager de transition sera meilleur qu’eux et qu’à un moment il prendra leur place…

    La nature humaine est ainsi faite…

    Comment rassurer le management que tout se passera bien ?

    Il y a une confusion dans les esprits de nombreux dirigeants. Cette confusion consiste à confondre management de transition et intérim. L’intérim est un métier installé depuis longtemps. Il s’agit de remplacer quelqu’un au débotté pour effectuer des tâches précises et connues à l’avance. Les tâches sont listées dans un descriptif de poste ou dans des modes opératoires/ desk procédures. C’est souvent le DRH ou son service qui se chargent de sélectionner les cabinets d’intérim et ensuite de recruter les intérimaires (cadres ou non cadres).

    Le management de transition répond à une autre problématique. Il s’agit d’aller d’un point A à un point B ; sans qu’au départ ni le point ni le point B ne soient parfaitement définis. On apprend en marchant avec l’entreprise. Il s’agit de faire faire un saut qualitatif à l’entreprise ou à un service ; de franchir un cap. Par définition, aucun cap ne sera jamais franchi dans aucune entreprise si l’on se contente de reproduire à l’infini des tâches connues ou des processus du passé. Il faut prendre le risque de faire différemment. Il faut que cette prise de risque soit calculée. C’est pour cette raison qu’on a recours à un cabinet de management de transition ; des équipes expérimentées qui ont déjà connu cette situation…capables d’accompagner l’entrepris sans stress dans des phases de changements (voire de turbulences). Le plus c’est avec la Direction Générale ou le Top Management que le cabinet de management de transition définit le cahier des charges ou l’ordre de mission…

    Donc une fois la mission terminée (le but atteint ou le cap franchi) pourquoi voudriez-vous que le manager de transition reste dans l’entreprise ?
    Ce qui le motive, ce qui le fait se lever le matin, l’ADN du manager de transition…c’est ce goût du changement, de la prise de risque calculée, ce désir d’accompagner des entreprises dans des phases de mutation, de voir des gens se redresser et reprendre confiance…pas d’aller d’un point A à un point A…

    CQFD !