Plan d’actions – Quels objectifs

print this page

L’objectif principal du plan d’actions est ?

  1. De supprimer les foyers de perte ou les activités trop consommatrices de BFR
  2. De ramener le niveau de dépenses et de frais de structure au niveau du CA réel (et non rêvé) et donc de revenir rapidement à une rentabilité « proforma »
  3. De redéployer / redévelopper le CA dans des activités à plus fortes marges
  4. De faire 2 puis 3
  5. De faire 2 et 3 en même temps

Commentaire:

Tout est à faire. Il faudra tout faire ; c’est sûr. Mais encore faut-il respecter un certain ordre. Plan d’actions signifie qu’à un moment on va devoir aller sur le terrain expliquer concrètement la situation aux chauffeurs livreurs, aux mécaniciens, aux ouvriers, aux magasiniers et aux employés. Aux gens du terrain. Difficile de dire à certains « Dorénavant, vous allez tous vous serrer la ceinture !» ou « Nous allons supprimer tel ou tel poste dans votre département, fermer ce service ou cette filiale …» quand par ailleurs on continue de dépenser dans d’autres domaines (recrutement de commerciaux, bonus des dirigeants, séminaires de motivation pour les cadres, etc.). Idéalement il faudrait pouvoir en même temps réduire la voilure dans les activités déficitaires et réinvestir dans les activités à plus fortes marges…Mais ce serait envoyer un message qui pourrait être perçu comme incohérent par les équipes internes ; incohérent car perçu comme contradictoire. Ce message pourrait être rejeté par le plus grand nombre.  Tout est question de pédagogie, d’explication…Encore faut-il se donner le temps ou avoir le temps pour effectuer ce travail de pédagogie. Encore faut-il disposer dans l’équipe de direction d’une personne capable de tenir ce discours de vérité sans agressivité, sans paternalisme ni pathos. Une manager expérimenté que les équipes auront tendance à croire car ce manager est crédible (ou tout au moins un manager qui ne se soit pas discrédité par des effets d’annonce dans le passé). C’est pour cette raison que le plus souvent on réalise le retournement en deux phases bien distinctes (le plus souvent dans la pratique ce ne sont pas les mêmes équipes qui agissent sur chacune des deux phases) :

– Phase 1 : On ramène les coûts fixes et les coûts variables en proportion du chiffre d’affaires constaté dans les comptes (et pas le chiffre d’affaires rêvé ou fantasmé par le management ou par les actionnaires) ; à la fin de cette phase l’entreprise peut démontrer qu’elle est revenue à une rentabilité proforma dans son secteur. Dans cette phase qui peut être très courte (quelques semaines ou quelques mois) on privilégie les profils de type gestionnaire. Parfois appelés « cost killers », coupeurs de têtes ou réducteurs de coûts. Des profils au sang froid…ce qui ne dispense pas de respecter les personnes dont on se sépare et de les traiter correctement.

– Phase 2 : On dépense ou on investit dans des créneaux porteurs ou prometteurs en termes d’activités et de marges. Dans cette phase qui peut prendre plus de temps on privilégie les profils de développeurs ou d’entrepreneurs. Des profils au sang chaud …

 

Vous souhaitez poursuivre la lecture

flecheG Voir 4 pistes de réflexion et d’action pour surmonter les crises
flecheG Voir 8 clés du succès d’une opération de restructuring
flecheGVoir Ridicule : Attention DANGER !
flecheG Voir Vérité : Faut-il la dire ?