Vérité – Faut-il la dire

print this page

Faut-il dire la vérité ? 

  1. Oui même si cela fait mal
  2. Toute vérité n’est pas bonne à dire
  3. Moins on en dit mieux on se porte
  4. S’en tenir aux faits et aux chiffres
  5. Mieux vaut parler d’avenir; faire rêver

Commentaire:

Toute vérité est-elle bonne à dire ? Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas mentir. Donc au minimum dire les faits. Ceci dans un langage approprié qui puisse être compris de tous. Les dirigeants dont les entreprises traversent des crises n’ont pas toutes les clés ni toutes les réponses à toutes les questions au moment où les salariés les questionnent. Ils ont le droit de ne pas savoir. Tel client va-t-il confirmer sa commande ? Tel fournisseur va-t-il continuer de nous livrer ? Quel sera le résultat de la réunion avec les banquiers ? Bien malin qui peut le dire au beau milieu de la crise, quand les difficultés s’accumulent, que la fatigue augmente, que le moral baisse …Difficile pour le dirigeant d’être précis au sujet de ce qui va se passer quand souvent il craint pour lui-même, son statut, ses avantages, son salaire … Quand il peut à tout moment être débarqué par l’actionnaire. Le dirigeant a le droit de dire « Je ne sais pas encore » ou « Nous aurons la réponse à cette question dans 8 jours » plutôt que d’improviser une réponse pour faire plaisir ou pour ne se débarrasser du problème ou de son interlocuteur. La gestion de crise c’est tous les jours une accumulation de bonnes et de mauvaises nouvelles avec pour le chef d’entreprise une difficulté à effectuer la synthèse de tout ce qui se passe, de prendre le recul nécessaire afin de définir un cap, si modeste soit-il, pour agir.

La vérité de demain pouvant être très différente de la vérité d’aujourd’hui, les dirigeants qui sortent vivants et vainqueurs des crises sont souvent assez économes de leurs mots et prudents dans leurs affirmations. Il est toujours préférable d’encadrer la communication (de la préparer et de la partager avec son équipe) et aussi de la délivrer dans le cadre d’un processus normé (calendrier de réunions prévues à l’avance ; préparation d’agendas ou d’ordres du jour précis ; diffusion de comptes rendus rédigés, etc.). La communication avec les salariés ce n’est pas la chose que l’on fait à la fin de la journée quand on a effectué toutes les autres tâches et réglé ou pas tous les autres sujets. Quand on est épuisé …La communication avec les salariés est un des éléments importants de la gestion de crise : il faut à la fois dire les faits même s’ils sont durs à entendre mais aussi savoir donner des perspectives afin que tout le monde ne pose pas le crayon dans sa tête. La communication avec les salariés doit donc être préparée minutieusement. Chaque mot compte. Attention à l’improvisation.

 

Vous souhaitez poursuivre la lecture

flecheG Voir Manager de transition : Qualités personnelles
flecheG Voir Altérité : L’Autre un obstacle et une contrainte vitale !
flecheG Voir 8 clés du succès d’une opération de restructuring